Les mobilités de court terme des intérimaires au prisme de leur statut migratoire. Saisir la segmentation du marché du travail par l’analyse des trajectoires typiques dans l’Enquête Emploi (Hélène Oehmichen, 6 janvier 2023)

Partant du constat que les immigré·es sont surreprésentés dans l’emploi intérimaire (ce qui est, par ailleurs, déjà largement étayé par un ensemble d’enquêtes ethnographiques ), cette présentation a pour but d’enrichir la compréhension de ce phénomène par l’analyse statistique des parcours professionnels des intérimaires, à partir de l’exploitation de l’Enquête emploi en continu (2003-2012). En s’appuyant sur des analyses de séquences, Hélène Oehmichen montre que derrière l’apparente homogénéité des positions, les parcours professionnels distinguent fortement les intérimaires selon leur statut migratoire, ce qui contribue à la reproduction d’un marché de l’emploi intérimaire à deux vitesses.

L’enregistrement vidéo de la séance (1h49) :

Résumé

La littérature sociologique décrit les immigrés comme étant moins souvent en emploi stable, mais sachant que le travail immigré n’est absolument pas homogène, et certaines formes de l’instabilité professionnelle sont bien moins documentées que d’autres. Ainsi, il y a très peu d’enquêtes quantitatives sur l’intérim, et encore moins sur l’intérim des immigrés. en outre, la plupart de ces enquêtes sont ethnographiques, comme si le phénomène n’était pas accessible à la mesure. Les quelques enquêtes quantitatives qui existent décrivent l’intérim en fonction de sa place dans les trajectoires professionnelles, et donc souvent comme un tremplin vers l’emploi. Mais il y a donc, finalement, très peu d’enquêtes sur les caractéristiques des intérimaires et la place de l’intérim selon les caractéristiques sociales.

Pour pallier ce manque, Hélène Oehmichen s’est appuyée sur les données de l’Enquête Emploi en Continu, et plus précisément sur une compilation des années 2013 à 2020 de celle-ci) : l’échantillon ainsi constitué rassemble 7 600 intérimaires en première interrogation, dont 16% d’immigré·es, à l’intérieur d’une enquête qui interroge 92 000 logements par trimestre (chaque personne étant ensuite interrogée 6 trimestres successivement, dans le cadre d’un renouvellement du panel donc par sixième chaque trimestre). Les données offrent en outre la possibilité de reconstituer les origines migratoires des individus, à partir du pays de naissance, de la nationalité, et de la nationalité des parents.

La première partie de l’analyse démontre que les immigré·es sont effectivement surreprésenté·es dans l’emploi intérimaire, avec des particularités observables chez les hommes immigrés d’Afrique, du Maghreb et de Turquie : ce sont eux qui présentent les taux d’emploi les plus faibles et les taux de chômage les plus forts. Dans l’ensemble, les immigré·es sont également surexposé·s aux emplois non-qualifiés, et c’est le cas à nouveau en particulier des hommes et cette fois aussi des femmes immigrées d’Afrique, du Maghreb et de Turquie. En outre, la part des immigrés dans l’intérim augmente, jusqu’à atteindre 20% en 2019, alors que leur part n’est que d’environ 10% dans la population française. L’intérim, qui est une forme d’emploi en recul de façon générale, tend ainsi de plus en plus à se spécialiser comme étant une forme d’emploi spécifique à des immigré·es non-qualifié·es dont il est possible de dresser le portrait : pour moitié, il s’agit d’hommes jeunes arrivés adultes, OS, sans diplôme, plus souvent d’Afrique, du Maghreb ou de Turquie, vivant en ZUS, travaillant dans la construction et dans l’industrie ; une deuxième composante est constituée d’hommes plus âgés arrivés en France avant 1986, voire avant 1975, sans diplôme, originaires d’Italie, d’Espagne, du Portugal ou de Turquie, travaillant dans la construction à des postes légèrement plus qualifiés ; et enfin, des femmes originaires de tous pays, OS ou employées dans le secteur tertiaire, plus diplômées que les hommes intérimaires. De ce point de vue, le recours à des modèles de régression confirme bien que la surreprésentation observée n’est pas seulement de résultat d’effets de structure : certes, les immigré·es sont davantage des hommes, moins diplômés, ils et elles habitent davantage en ZUS, etc. ; mais ces caractéristiques spécifiques ne suffisent pas à expliquer la surreprésentation des immigrés dans l’emploi intérimaire : il y a bien un effet propre de l’origine migratoire, une fois qu’on a contrôlé les caractéristiques indiquées ci-dessus. Il peut être lié à la maîtrise de la langue française, mais donc aussi à des discriminations d’ordre ethnique.

La seconde partie de la présentation s’attache à analyser les relations entre les “carrières” des intérimaires et le statut migratoire. En recourant aux techniques de l’analyse de séquences, Hélène Oehmichen reconstitue des séquences d’emploi des intérimaires à partir du suivi longitudinal sur 18 mois que permet l’Enquête Emploi, et des variables rétrospectives. Après avoir indiqué les difficultés auxquelles peut se heurter cette méthode (en particulier celles liées à l’attrition qui est très importante dans l’Enquête Emploi, et en particulier parmi les intérimaires, et celles liées aux valeurs manquantes dans les variables rétrospectives pour les immigrés arrivés moins d’un an avant), elle montre qu’il est tout de même possible de tirer quelques enseignements importants de l’analyse des séquences d’emploi. Celle-ci permet en particulier de distinguer quatre classes de trajectoires d’emploi : la classe 1 (30,9% de l’échantillon) est caractérisée par l’instabilité et l’alternance entre le chômage, l’inactivité et l’intérim ; la classe 2 (37,9%) est celle des intérimaires “à vie” ; la classe 3 (19,4%) est celle des travailleurs accédant à un CDI après une période d’intérim plus ou moins longue ; et la classe 4 (11,8%à, enfin, est celle des travailleurs en CDD après une alternance entre l’intérim et l’inactivité. En s’appuyant sur cette classification des trajectoires d’emploi, Hélène Oehmichen démontre que, toutes choses égales par ailleurs, que les immigré·es sont davantage intérimaires à vie que les autres, avec de fortes distinctions selon l’origine migratoire : c’est en particulier le cas à nouveau des immigré·es du Maghreb et de Turquie, tandis que les immigré·es du reste de l’Afrique sont surreprésenté·es dans la classe 1 (celle du “halo du chômage”), et les autres sont au contraire surreprésentés dans les classes 3 et 4, celles du “tremplin vers l’emploi” (stable pour les immigré·es venant d’Europe, et instable pour notamment les femmes et les immigré·es originaires d’Asie).



Citer ce billet
Pierre Mercklé (2023, 6 janvier). Les mobilités de court terme des intérimaires au prisme de leur statut migratoire. Saisir la segmentation du marché du travail par l’analyse des trajectoires typiques dans l’Enquête Emploi (Hélène Oehmichen, 6 janvier 2023). Les Vendredis Quanti. Consulté le 24 février 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/t4db

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search