Comportements de diffusion sur une plateforme pornographique : Réussite économique, audience et professionnalisation (Jingyue Xing, 4 décembre 2020)

Résumé. Depuis maintenant une dizaine d’années, l’industrie de la pornographie s’est profondément transformée sous l’effet du développement des plateformes numériques. Cette communication présente les premiers résultats d’une étude quantitative portant sur les pratiques de diffusion de contenus pour adultes sur l’une des principales plateformes de show webcam en live. Les données analysées sont issues d’une récupération automatisée de type web scraping du site web étudié. Nous cherchons à comprendre les déterminants de la réussite économique des personnes qui diffusent des shows. Nous décrirons d’abord la distribution singulière des gains des diffuseurs : la plupart d’entre eux ne gagnent pas d’argent et une ultra-minorité réussit à tirer un revenu supérieur au smic horaire. Nous montrerons ensuite que les gains monétaires dépendent des caractéristiques socio-démographiques, ainsi que de l’engagement et des efforts de professionnalisation des diffuseurs. Enfin, cette communication sera l’occasion de discuter des choix méthodologiques de la modélisation économétrique au regard des spécificités de nos données (modèle binomial négatif).

Jingyue Xing est chercheuse post-doctorale au CEET et chercheuse associée au laboratoire Pacte. Elle s’intéresse aux phénomènes de tarification, notamment dans les Établissements d’Hébergement pour Personnes Âgées Dépendantes (EHPAD). Ses recherches récentes sont plus tournées vers la sociologie économique croisée avec la sociologie du travail et des organisations. Elle mobilise dans ses travaux à la fois des méthodes quantitatives et qualitatives et maîtrise plus particulièrement les méthodes économétriques.

Le powerpoint de la présentation est ici :

L’enregistrement de la vidéo est disponible ci-dessous

La diffusion de contenus pornographiques est une des modalités significatives du développement du « capitalisme de plateforme ». Le streaming pornographique représente 16 % du trafic internet (The Shift Project, 2019). Pourtant, les études sociologiques qui lui sont consacrées pèsent peu par rapport aux nombreux débats sur les grandes plateformes numériques (Amazon, Uber, Netflix…) et les bouleversements qu’elles engendrent, concernant les relations de travail et d’emploi d’une part, les pratiques de consommation d’autre part. Le projet de recherche sur le sexcamming, coordonné par Jean Finez et impliquant plusieurs chercheur-e-s ou anciens chercheurs de Pacte (Anne-Sophie Béliard, Clément Bert-Erboul, Pierre Brasseur, Jean-Marc Francony et Jingyue Xing), vise à combler cette lacune. À l’occasion de cette séance des Vendredi Quanti, Jingyue Xing expose les premiers résultats du volet quantitatif de ce projet.

Techniques computationnelles et méthodes des sciences sociales

Une enquête par entretien auprès de « camgirls » et de « camboys » a déjà permis d’en savoir plus sur les parcours de vie, les motivations et les logiques d’engagement de ces personnes (Brasseur, Finez, 2019 in Naulin et Jourdain, The Social Meaning of Extra Money). La présentation de Jingyue Xing vise ici à compléter ces résultats et à en dépasser certaines limites, en associant des techniques computationnelles pour récupérer des traces d’activité numériques et des méthodes d’analyse quantitative de sciences sociales pour les analyser. L’objectif empirique est d’identifier les déterminants du succès monétaire et médiatique des personnes qui diffusent des shows sur les plateformes de sexcamming.

La constitution de la base de données a été faite grâce à l’outil de web scraping « Swellscraper », développé par Jean-Marc Francony, sur une plateforme appelée ici « Live4Desire ». Des données ont été récupérées durant toute une semaine entre le 26 octobre 2018 à 10h45 et le 2 novembre 2018 à 10h45, en quasi-continu, c’est-à-dire toutes les dix minutes. Ces données concernent 13 100 shows et 4 274 diffuseurs. Elles renseignent des caractéristiques très variées à propos des diffuseurs et de leur pratique de sexcamming.

Qui empoche les gains des plateformes de sexcamming

D’emblée, un fait est clairement constitué : la distribution des gains et de l’audience est très inégalitaire. Le gain moyen est de 25,69 tokens (la monnaie numérique de la plateforme), soit environ 3 euros, mais le gain médian est de… 0 token ! De même, un show est regardé en moyenne par 11 personnes, mais environ 80 % des shows comptent moins de 10 spectateurs. Bref, on a ici affaire à une distribution de Pareto du succès monétaire et médiatique, bien connue dans les mondes de l’art notamment.

Qui parvient à empocher la mise sur les plateformes de sexcamming ? La réponse est là encore claire : les femmes jeunes (entre 18 et 34 ans, la prévalence des femmes de moins de 25 ans étant particulièrement forte). Si les hommes diffusent 65 % des shows, seuls 3,6 % de leurs shows génèrent des gains (contre 48,5 % des shows des femmes).

Expliquer la réussite monétaire

L’économie du désir sexuel se limite-t-elle pour autant à ces caractéristiques individuelles ? L’hypothèse proposée par Jean Finez et Jingyue Xing est que le gain monétaire est aussi lié à l’engagement individuel dans la réalisation des shows sexuels et aux manières de se mettre en scène sur ces plateformes. C’est ici que des questions complexes de méthodes se posent. L’analyse de régression est toute indiquée pour identifier les déterminants statistiques des gains monétaires, mais la distribution de ces gains ne permet pas d’utiliser les modèles économétriques classiques. Elle n’est pas gaussienne et compte une forte concentration autour de la valeur 0.

La distribution des gains moyens semble plutôt suivre une loi binomiale négative. Une question demeure : le modèle final à retenir n’est pas tout à fait le même selon que l’on considère qu’il y a une « inflation de zéros » ou non, c’est-à-dire si la part des gains nuls comporte des anomalies. L’hypothèse qui implique ces anomalies est qu’il existe, parmi les diffuseurs, des personnes qui sont simplement exhibitionnistes et ne visent pas le gain monétaire. Elles faussent donc les tentatives d’estimation des déterminants du gain. La première étape de l’analyse est alors d’estimer et de décrire la zone de ces « zéros excessifs ». Jingyue Xing propose de faire cela en estimant la probabilité de se trouver dans la zone de « zéro certain » (certain zero), c’est-à-dire d’avoir 100 % de chances de n’avoir aucun gain. Il apparaît que cette probabilité est cinq fois plus élevée pour les hommes que pour les femmes. Elle augmente aussi avec l’âge et diminue avec la visibilité sur la page d’accueil du site web. Les profils des personnes qui ont des chances de gain nulles apparaissent généralement à partir de la page 5 du site web. Cette démarche permet de caractériser la population présumée d’exhibitionniste. Ce sont typiquement des hommes quinquagénaires qui s’investissent peu dans la mise en scène de soi : ils ne remplissent pas leur description personnelle, ils mettent moins souvent une photo de profil, etc. Une observation en ligne des shows de ce type de diffuseurs accrédite par ailleurs l’hypothèse exhibitionniste.

Qu’en est-il de l’espérance de gains des diffuseurs qui ne font pas partie de la population exhibitionniste ? Comme attendu, l’espérance de gain est, toutes choses égales par ailleurs, plus élevée pour les femmes. Elle diminue également avec l’âge. Toutefois, la construction des shows eux-mêmes et les scripts sexuels utilisés sont aussi déterminants. Le fait de fixer au show un objectif de gain plus élevé, objectif visible par les spectateurs, augmente l’espérance de gains, de même que le fait de remettre à zéro le compteur de gains en cours de show. L’engagement personnel sur la plateforme, qui est en fait un engagement professionnel, passe par un travail important de narration et de mise en scène de soi. Ce travail est finalement déterminant pour l’espérance de gains, de même que certaines caractéristiques socio-démographiques (être une femme jeune) et la popularité sur la plateforme, mesurée par l’audience notamment.

Ces premiers résultats ouvrent une discussion très riche, qui poursuit la question méthodologique d’estimation des « zéros certains » et s’élargit au problème de la stratégie de la plateforme, qui est une boîte noire mais dont l’importance peut malgré tout déjà être constatée. Le fait qu’une publication de diffuseur sur Twitter soit retwittée par le compte officiel de la plateforme Live4Desire augmente ainsi les gains obtenus de 52 tokens en moyenne. La plateforme, qui fonctionne comme un réseau social, encourage également les simples spectateurs à diffuser leurs propres shows. Pour l’heure, il nous tarde déjà de pouvoir lire Jingyue, Jean et Jean-Marc dans le texte à propos de tout ce qu’ils ont déjà pu montrer… En attendant, les quelques deux heures de vidéos de cette séance devraient déjà rassasier les plus curieux-ses.

Références bibliographiques

The Shift Project, Climat : l’insoutenable usage de la vidéo en ligne, rapport juillet 2019.

Brasseur Pierre et Finez Jean, 2019, « Performing Amateurism. A Study Of Camgirl’s Work » in Anne Jourdain, Sidonie Naulin. The Social Meaning of Extra Money : Capitalism and the Commodification of Domestic and Leisure Activities, Palgrave Macmillan, p.211-238., 2019, Dynamics of Virtual Work, 978-3-030-18297-7.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search