Illustrer le genre des carrières académiques aux marges d’une analyse par les trajectoires typiques ? par Pierre Benz (vendredi 6 novembre 2020)

Résumé. L’objet de cette intervention était de montrer comment l’on peut illustrer le genre des carrières académiques aux marges d’une analyse par les trajectoires typiques (analyses de séquences et clustering). La méthode présentée combine une analyse de la durée, de l’ordre et de la fréquence de la succession des fonctions occupées au cours d’une carrière académique, avec l’analyse du type de ressources accumulées, entre parcours scientifique et professionnel. Au travers de l’analyse des carrières des professeurs de biologie et de chimie en Suisse, il est d’abord question de montrer comment l’on peut aborder la structure générale des carrières dans les deux disciplines au travers d’une typologie construite grâce à une analyse de séquences. Ensuite, on voit comment un retour sur des cas plus atypiques et minoritaires peut aussi servir à montrer des grandes tendances dans la structure des carrières, en particulier celle du genre.

Pierre Benz est postdoctorant à l’Université de Lausanne et à la Haute école de travail social de Lausanne (HETSL/HES-SO). Il s’intéresse aux transformations des disciplines scientifiques et des systèmes de l’enseignement supérieur par le biais de l’analyse des carrières et des réseaux des élites des sciences naturelles dans une perspective prosopographique. Il est membre de l’Observatoire des élites suisses (OBELIS) basé à l’Université de Lausanne.

Le powerpoint de la présentation est disponible ici :

L’enregistrement vidéo de la présentation est disponible ici :

La présentation de Pierre Benz s’appuie sur des recherches menées dans le cadre de la thèse de sociologie qu’il a soutenue au début de l’année à l’Université de Lausanne (Suisse). Cette thèse, réalisée sous la direction de Felix Bühlmann et André Mach, visait à rendre compte des transformations des élites académiques de la biologie et de la chimie en Suisse au XXe siècle. Pour y parvenir, Pierre Benz s’est appuyé sur une base prosopographique qui constitue une partie d’un projet plus vaste porté par l’Observatoire des élites suisses.

Les caractéristiques et les informations sur les carrières de cinq cohortes rassemblant au total plus de 800 professeurs de biologie et de chimie (constituées de ceux qui étaient en poste en 1910, 1937, 1957, 1980 et 2000) ont été patiemment collectées. La base prosopographique ainsi constituée permet une connaissance des trajectoires académiques et des transformations de ces disciplines scientifiques qui est à la fois quantitative et qualitative. La prosopographie relève en effet autant de l’analyse statistique que de l’étude de cas. Ce statut hybride permet d’utiliser un large éventail de méthodes (Lemercier et Picard, 2011) : le nombre suffisamment élevé de cas permet un traitement quantitatif des données, mais sans avoir vocation à  conduire à des généralisations de type inférentiel (Gros, 2017) ; et la richesse des informations collectées, associée à l’utilisation de méthodes adaptées, permet de ne pas perdre de vue les individus.

Analyser des « séquences » de positions académiques

Dans le cadre de cette séance, Pierre Benz détaille justement l’utilisation d’une de ces méthodes, l’analyse des séquences (Abbott et Hrycak, 1990 ; Blanchard, Bühlmann et Gauthier, 2014), mobilisée ici pour rendre compte des carrières des professeurs composant les cohortes étudiées : comment s’accumulent les différents types de ressources sur lesquelles reposent ces carrières ? Comment se convertissent-elles en capital spécifique permettant d’accéder aux postes ? Comment rendre compte de la diversité des formes des carrières (durée des différentes étapes, rapidité de la progression entre les échelons, ordres dans lesquels ils se succèdent) ? Et donc, dans quelle mesure les carrières des quelques femmes professeures de biologie et de chimie diffèrent de celles des hommes ?

L’analyse porte donc ici sur les données prosopographiques de 642 professeur.es en 1957, 1980 et 2000, pour lesquels on dispose d’informations socio-démographiques et d’informations permettant de reconstituer toute la succession des positions occupées chaque année entre 20 et 50 ans. Celles-ci sont alors codées sous la forme de séquences de positions, comme dans la figure 1 ci-dessous, où chaque ligne représente un professeur, et chaque couleur un type de position différent.

Figure 1. Distribution générale des séquences

Un calcul d’appariement optimal permet ensuite de calculer les distances entre séquences individuelles, pour de regrouper entre elles celles qui se ressemblent le plus : en s’appuyant sur la matrice des distances entre ces « séquences » décrivant les trajectoires académiques, on utilise une technique de classification automatique pour rassembler les séquences dans des classes correspondant ainsi à des « types » de séquences aussi distincts les uns des autres que possible (figure 2).

Figure 2. Six types de trajectoires

Il est ensuite possible de montrer que les types de carrières distincts correspondent à des mobilisations de ressources différentes : passages ou non par des institutions d’élites, par l’étranger, obtentions de prix scientifiques, exercice d’un pouvoir institutionnel, etc.

Où sont les femmes ?

Les propriétés de cette approche particulière permettent de resserrer la focale sur les trajectoires de groupes très minoritaires. Sur les 642 carrières analysées, il n’y a que 26 femmes : 1 dans la cohorte de 1957, 6 dans la cohorte de 1980, et 19 dans la cohorte de 2000, soit à peine 5% de celle-ci. L’analyse montre qu’elles ne sont pas entièrement situées dans un type de carrière particulier : il y a des femmes dans les différentes sous-parties du champ académique. Mais si on regarde la distribution des 25 carrières féminines, on remarque que les carrières « ordinaires », qui passent par une période de « pré-stabilisation » en Suisse ou par le localisme (11,8% des carrières des locales, alors que les femmes constituent seulement 3,9% des l’échantillon), sont assez dominantes. Les femmes soutiennent leur thèse à 30 ans en moyenne, contre 29 pour les hommes. A 40 ans, il y a encore les deux tiers des femmes qui sont en pré-stabilisation, contre seulement 30% des hommes au même âge (figure 3). Les carrières des hommes sont plus rapides et plus diversifiées. Le volume de capital nécessaire pour convertir des ressources internationales en carrières en Suisse est beaucoup plus élevé pour les femmes que pour les hommes.

Figure 3. Femmes professeures et hommes professeurs

A partir de ces analyses, la discussion s’engage finalement autour des difficultés à saisir, au-delà des différences observables entre les trajectoires académiques des rares femmes de l’échantillon et celles des hommes, les asymétries de genre qui structurent les élites académiques dans ces disciplines scientifiques comme dans de nombreuses autres. Si vous voulez en savoir plus sur cette discussion, et sur la présentation de Pierre Benz, n’hésitez pas à écouter (et regarder) l’enregistrement de la séance, que nous mettons ici à votre disposition, et à partir à la découverte des publications indiquées ci-dessous !

Publications de Pierre Benz

Bühlmann Felix, Benz Pierre, Mach André et Rossier Thierry, 2017, ‟Mapping the Power of Law Professors: The Role of Scientific and Social Capital”, Minerva, 4, p. 509-531, https://doi.org/10.1007/s11024-017-9333-1.

Bühlmann Felix, Rossier Thierry et Benz Pierre, 2017, ‟The Elite Placement Power of Professors of Law and Economic Sciences”, in Korsnes Olav, Heilbron Johan, Hjellbrekke Johs, Bühlmann Felix et Savage Mike (dir.), New Direction in Elite Studies, Routledge, p. 247-264.

Benz Pierre, Bühlmann Felix et Mach André, 2020, ‟The Transformation of Professors’ Careers: Standardization, Hybridization, and Acceleration?”, Higher Education, https://doi.org/10.1007/s10734-020-00590-7.

Jens Maesse, Stephan Pühringer, Thierry Rossier et Pierre Benz (dir.), à paraître 2021, Power and Influence of Economists: Contributions to the Social Studies of Economics, London, Routledge.

Références bibliographiques

Abbott Andrew et Hrycak Alexandra, 1990, « Measuring Resemblance in Sequence Data: An Optimal Matching Analysis of Musicians’ Careers », American Journal of Sociology, 96(1), pp. 144-185.

Blanchard Philippe, Bühlmann Felix et Gauthier Jacques‐Antoine (dir.), 2014, Advances in Sequence Analysis: Theories, Methods and Applications, New York, Peter Lang.

Gros Julien, 2017, « Quantifier en ethnographe. Sur les enjeux d’une émancipation de la représentativité statistique », Genèses, 3, pp. 129-147, https://www.cairn.info/revue-geneses-2017-3-page-129.htm.

Lemercier Claire et Picard Emmanuelle, 2011, « Quelle approche prosopographique ? », in Nabonnand Philippe et Rollet Laurent (dir.), Biographie et prosopographie, Nancy, Presses universitaires de Nancy, http://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-00521512/fr.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search