Y-a-t-il un espace social des pratiques écologiques ?, par Julie Blanc (Vendredis Quanti, 29 mai 2020)

L’intervention d’aujourd’hui, présentée par Julie Blanc, est la première tentative des séances à distance que l’équipe des Vendredis Quanti a décidé de mettre en œuvre. Elle repose sur le travail réalisé par Julie Blanc durant les six derniers mois dans le cadre d’un stage mené à l’Université Grenoble-Alpes sous la direction de Pierre Mercklé. Dans la continuité de recherches conduites lors de son master 2 et en prévision d’une thèse qu’elle débutera à la rentrée prochaine sous la direction de Johanna Siméant et Manuel Schotté, Julie s’interroge sur les processus de mise en cohérence individuelle et leurs limites appliqués au cas des engagements militants écologiques décroissants. Ce travail exploratoire repose sur l’exploitation des données de l’enquête Styles de vie et environnement (SVEN) de 2017.

La présentation est consultable et téléchargeable ci-dessous

Deux modélisations ont fait l’objet d’un travail et de questionnements approfondis :

  • Les analyses de correspondances multiples (ACM) afin d’interroger l’existence et les modalités de définition d’un espace social des pratiques écologiques
  • Le scoring dont l’objectif est de compléter la réflexion sur les manières et les effets de la mesure d’un engagement éco-responsable

Son travail, de nature plutôt quantitative, n’échappe pas à des questionnements méthodologiques et théoriques sur lesquels butent tou.te.s les chercheur.se.s confronté.e.s à l’usage secondaire de données. Dans le cas de Julie, plusieurs interrogations émergent quant aux possibilités de mesurer des pratiques dites écologiques et/ou écoresponsables qui lient pratiques et opinions politiques. Comment définir un périmètre de pratiques se rapportant ou pas à un engagement politique ? Plus généralement, cela pose la question de la construction et de la mise en œuvre d’enquêtes sur des pratiques sociales qui font l’objet d’intérêts scientifiques vifs. Un autre point, spécifique aux réflexions menées autour de la notion de cohérence, a tout particulièrement fait l’objet de discussions de la part de Julie. Schématiquement, nous pouvons considérer que la cohérence vise à saisir la mise en rapport d’une intention politique et de pratiques s’y rapportant. Mais que faire alors de la pluralité des registres de mise en cohérence et comment les saisir dans une perspective quantitative ? Surtout, comment ne pas réifier un alignement des pratiques en (re)produisant soi-même, à travers la quantification et la modélisation, des catégories dont on interroge précisément l’existence et le contenu ?


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search