Parler à deux ans, par Holly Hargis (Vendredis Quanti, 14 février 2020)

Résumé rédigé par Julie Blanc

La conférence est la présentation du travail de M2 de Holly Hargis, qu’elle prolonge dans le cadre d’une thèse codirigée par Pierre Mercklé et Julie Pagis sur les socialisations langagières en famille. L’exposé d’aujourd’hui porte sur le cadrage statistique de ce travail, qui comportera par ailleurs une partie qualitative composée d’observations chez des familles de différents milieux ayant des enfants scolarisés en moyenne ou grande section de maternelle (ce sont donc des enfants d’environ 5 ans). La pratique des observations au domicile familial n’est pas très répandue mais Holly l’a déjà expérimentée en M1, réalisant que les obstacles étaient sans doute moins importants qu’escompté.

Holly travaille avec R sur l’enquête Elfe. Elfe est une enquête longitudinale dont l’objectif était de suivre, lors de son lancement en 2011, environ 18 000 enfants de France métropolitaine sur plusieurs années. Les données utilisées sont relatives aux enfants de deux ans dont la mère (généralement le parent référent de l’enquête) a répondu à toutes les questions. Après attrition, l’échantillon est de 12 000 enfants environ. Ce sont donc des données au volume conséquent.

Une des contraintes de l’enquête est qu’on ne peut pas poser la même question aux parents deux années consécutives, ce qui limite la précision longitudinale des données et en particulier les comparaisons intertemporelles. Ce sont également des données difficiles d’accès : pour avoir accès à la base, les procédures sont longues et laborieuses (il faut notamment sélectionner toutes les questions posées par le questionnaire dont on souhaite récupérer les réponses).

Construire un score d’énonciation

On demande au parent référent des enfants de deux ans, dans 98 % des cas la mère, si les enfants prononcent de manière « spontanée » tel ou tel mot (même si leur prononciation n’est pas équivalente à celle des adultes). La liste comporte 100 mots. Elle a été construite par une équipe dirigée par Sophie Kern (psychologue au CNRS, laboratoire Dynamique du Langage, Lyon) et adapte le MacArthur-Bates Communitive Developpement Inventories pour la langue française. On y trouve des noms d’animaux, des surnoms, des sons, des termes routiniers… Ils sont cités par l’enquêteur au parent dans un ordre précis.

Pour chaque enfant, on connaît le nombre de mots spontanément énoncés dans la vie quotidienne (sur déclaration du parent référent) et la nature de ces mots. Sur cette base, Holly a fabriqué un « score d’énonciation », allant de 0 (l’enfant ne cite aucun des mots inclus dans la liste) à 100 (l’enfant cite tous les mots de la liste).

En moyenne les enfants prononcent 73 mots sur les 100 de la liste. Les mots les plus prononcés sont, sans beaucoup de surprises, Maman ou Papa, le mot le moins prononcé est « écrire » (et ses dérivés).

Les mots prononcés par l’enfant ELFE de 2 ans

Chaque parent référent répond « oui » ou « non » à la question « est-ce que [enfant ELFE] dit1 de manière spontanée », par rapport à une liste de 100 mots. L’enquête a été réalisée par téléphone.

Aïe Beebee Pot
Cheveux Faire, faire un bisou Chaud
Moi Poisson Livre
Bateau Bouche Tomber
Couche Lait Cochon
Ou Sale Merci
Bonbons Casser Au revoir
Ecrire Maison Dehors
Pates Yaourt Nez
Fromage Chien Biberon
Poubelle Monsieur Fermer
Chaussure Allo Papa
Lumière Coucou Bras
Verre Ouaf Ouaf Lapin
Coincoin Beau Pomme
Meuuuh Eléphant Chaise
A, avoir peur Pleurer Maman
Eau Bonjour STP
Prénom Ici Chocolat
Boire Pyjama Moto
Fleur Caillou Yeux
Pars, parti, partir Lune Cuillère
Ca Voiture Pain
Lit Cheval Assiette
Porte Miaou Encore
Chat Ballon Pluie
Mange, manger Compote Bébé
Télé Oreille La
Chuuttt Bon Quoi
Musique Ecole Bottes
Attention Pas Main
Dame Cacher Vroum
Pantalon Froid Canard

De 1 an à 2 ans, un suspens linguistique en deux saisons

En 2018, Nathalie Berthomier et Sylvie  Octobre publient en article2 qui s’intéresse au langage des enfants de un an. La liste ne comporte alors que 12 mots car il existe une explosion lexicale entre 1 et 2 ans. Il conclut que les activités des parents sont primordiales dans l’acquisition du vocabulaire : si une mère lit des livres à son bébé, il y a beaucoup plus de chance que le vocabulaire de ce dernier soit étendu, idem si les parents parlent plus d’une langue. La mère est celle qui a le plus d’influence sur la socialisation langagière des enfants, en particulier chez les filles – sans doute car ce sont les femmes qui dédient le plus de temps à l’éducation des jeunes enfants. L’origine sociale de l’enfant est codée en PCS et en fonction du plus haut diplôme obtenu par ses parents.

Jusque là, rien de très étonnant… mais l’article lève un lièvre intéressant. En sciences sociales, la tradition considère plutôt que les enfants des classes populaires ont un vocabulaire moins étendu  que ceux des classes supérieures3. Or, S. Octobre et N. Berthomier montrent au contraire que le nombre de mots connus par l’enfant ELFE à un an augmente lorsque le diplôme diminue. Comment expliquer ce paradoxe ?

  • La notion de «prononciation» est perçue différemment par les parents en fonction de leur origine sociale.
  • La liste des mots, très quotidienne, ne permet pas de rendre compte de la maîtrise langagière des enfants des classes supérieures qui se démarqueraient peut-être par la maîtrise de mots plus « rares ».
  • L’exposition à un vocabulaire plus vaste rend plus long l’apprentissage des mots.

Ces résultats ne mettent pas l’accent sur les différences de genre entre enfants ni sur les différences de mode de garde.

Le travail de Holly se construit donc en partie dans la comparaison – prolongation de cet article.

Comment définir l’origine sociale de l’enfant ?   

A deux ans, la mère reste plus impliquée dans l’éducation de l’enfant que le père : elle participe plus aux activités, l’enfant passe donc plus de temps avec elle. Holly a donc basé ses analyses de PCS sur la PCS de la mère : sa classification ne correspond pas forcément aux classifications usuelles puisqu’un enfant issu d’un père cadre et d’une mère ouvrière sera considéré comme étant issu des classes populaires.

C’est aussi une question technique : l’enjeu est de ne pas fausser la régression (l’existence d’une homogamie matrimoniale forte crée une corrélation forte entre la PCS du père et celle de la mère4.

Contrairement à la méthode employée par Octobre et Berthomier, le diplôme n’est ici pas pris en compte, car Holly considère que la PCS implique le diplôme.

Aurait-il fallu utiliser la nouvelle PCS ménage de la dernière nomenclature de l’INSEE, présentée lors du précédent Vendredi Quanti par Joanie Cayouette-Remblière ? Celle-ci permet de rendre mieux compte des cas d’hétérogamie interne aux ménages) en ne gardant qu’une seule variable de PCS. Elle permet donc de préserver un principe d’économie utile à la manipulation des données. Dans le cas des données de Holly, la PCS ménage explique un peu mieux que la seule prise en compte de la PCS de la mère et beaucoup mieux que la seule prise en compte de celle père. En revanche, elle explique moins bien que la double prise en compte séparée des PCS de la mère et du père.

Mais dans un sujet comme celui-ci, faut-il vraiment s’intéresser à cette question de la PCS ménage, alors qu’on sait que le soin des enfants, en particulier à cet âge, est surtout pris en charge par les mères ?

Une régression pour expliquer quels sont les facteurs à l’origine d’un faible nombre de mots prononcés

La régression s’intéresse aux enfants dont le score d’énonciation est le plus faible, c’est à dire le premier quartile des enfants, prononçant moins de 59 mots (26 % des enfants). Ce choix a été fait pour poursuivre la comparaison avec l’article d’Octobre et Berthomier, qui travaillent elles aussi sur ce premier quartile linguistiquement plus pauvre que les suivants (il s’agit, pour les enfants de 1 an, de ceux qui prononcent moins de 3 mots).

Un an plus tard que se passe-t-il ?

Tableau 2 : Facteurs explicatifs d’une prononciation linguistique « faible » chez l’enfant ELFE à 2 ans (moins de 59 mots) soit 26% des enfants. Résultats des régressions logistiques. Variable à expliquer : score compréhension moins de 59 mots

Sexe ***
Filleref
Garçon1,82***
Classe sociale de la mère ***
Classes populaires1,52***
Classes moyennes1,2*
Classes supérieuresref
Différence PCS entre mère et père *
Mère > Père1,2*
Mère = Père1
Mère < Pèreref
Langue parlée *
Français uniquement1,3*
Au moins une partie des mots dans une autre langueRef
Mode de garde ***
Mère2***
Assistante Maternelle1,2*
Crècheref
Autre1,7***
Frères et sœurs **
Oui1,2**
Nonref
Enfant ELFE possède des livres pour bébé *
Ouiref
Non1,4*
Mère lit des livres à l’enfant ***
Souventref
Le reste1,6***
Père lit des livres à l’enfant **
Souventref
Le reste1,2*
Mère chante des comptines à l’enfant ***
Souventref
Le reste1,4***
Père chante des comptines à l’enfant ***
Souventref
Le reste1,1*
Mère reste calmement avec l’enfant Elfe en lui parlant
Souventref
Le reste0,9
Père reste calmement avec l’enfant Elfe en lui parlant
Souventref
Le reste1,1
Mère regarde la télévision avec l’enfant ELFE **
Souvent1,2**
Le resteref
Père regarde la télévision avec l’enfant ELFE **
Souvent1,2**
Le resteref

n= 12 518

Source : Enquête ELFE 2 ans, 2013

Champ : mères référentes

Lecture : Les garçons, « toute chose égale par ailleurs », ont plus de chances de dire moins de 59 mots que les filles (odds ratio de 1,82).

Note : Les données sont pondérées. Signif. codes :  0 ‘***’ 0.001 ‘**’ 0.01 ‘*’. Les variables de pratiques langagières et possession de livres sont relatifs à l’enfant ELFE à un an.

A deux ans, les garçons ont plus de chances de se retrouver parmi les enfants qui prononcent le moins de mots de la liste. En effet, les filles montrent une précocité langagière supérieure : il existe une différence moyenne de 8 mots en faveur de ces dernières. De plus, les seuls mots que les garçons disent plus  que les filles sont les mots « vroum » et « moto ».

Les enfants des mères des classes populaires et moyennes ont plus de chances d’avoir un score d’énonciation dit « faible ». En effet, les enfants des mères des classes supérieures prononcent plus de mots en moyenne. De plus, les enfants d’employés et d’ouvriers sont plus nombreux à prononcer seulement deux mots de la liste : « bonbons » et « télé ».

Si on regarde le mode de garde, les enfants gardés par la mère prononcent moins de mots en moyenne et ont plus de chance de se retrouver parmi les enfants qui prononcent moins de mots. Les enfants gardés à la crèche disent en moyenne 12 mots de plus que ceux qui sont gardés par la mère.

Si la mère lit des histoires ou chante régulièrement à l’enfant ELFE à un an, l’enfant ELFE à deux ans a moins de chance de se retrouver parmi les enfants qui prononcent le moins de mots. A contrario, si la mère regarde souvent la télévision avec son enfant à un an, l’enfant a plus de chances d’avoir une prononciation « faible » à deux ans.

Les 10 mots où l’écart est le plus élevé entre les enfants de classes populaires et ceux des classes supérieures sont aussi les 10 mots les moins prononcés dans l’ensemble : éléphant (25 points d’écart), bateau, lune, cochon, cheval, canard, cadeau, livre, lapin et bottes.

Les enfants ne possédant pas de frères et sœurs maîtrisent aussi tendanciellement plus de mots.

Enfin, les enfants issus de foyers où l’on parle plusieurs langues ont également plus de chance de maîtriser un grand nombre de mots.

Du quanti pour orienter le quali

Ces observations fournissent des indices qui permettent d’orienter les observations qualitatives à venir. Il s’agira donc de :

  • S’intéresser à des pratiques langagières particulières (lecture, chant) ou bien à des activités qui peuvent solliciter le langage (jouer avec des poupées par exemple) et non pas simplement aux interactions langagières entre parent et enfant en général
  • S’intéresser au mode de garde. L’enquête qualitative ne portera pas sur tous les modes de garde puisqu’elle restera concentrée sur ce qui se joue au domicile familial, mais l’approche quantitative montrer la nécessité, pour d’autres chercheurs, d’ouvrir des terrains qualitatifs dans les autres espaces fréquentés par les enfants, lorsqu’ils sont gardés ailleurs.
  • S’intéresser à la fratrie, un sujet souvent négligé en sciences sociales de l’enfant qui privilégie l’analyse entre parent et enfant
  • S’intéresser aux différences entre filles et garçons. Deux éléments sont ici à relever : d’une part, c’est une des variables qui pèse le plus sur la régression. De l’autre, il faut aussi souligner que ces écarts de vocabulaire entre les sexes varient en fonction du milieu social.

A quels faits ces données donnent-elles accès ?

Comme les réponses à l’enquête Elfe se basent sur les déclarations des parents, on peut se demander à quel point cette enquête est une porte d’entrée vers les pratiques réelles des enfants. Elle pourrait aussi renvoyer à ce que les parents projettent sur ces derniers et à leurs attentes quant au lexique maîtrisé par leurs bambins. Mais si le sujet est les socialisations langagières, alors cette différence ne nous donne pas moins d’information sur les mécanismes qui sont à l’œuvre, et en particulier s’il s’agit de conclure que certaines mères (puisque ce sont principalement des répondantes et non des répondants) désirent plus que d’autres voir leurs enfants comme des as du dictionnaire.

Enfin, il reste toujours quelques points à approfondir : quantifier, ou compter les mots, ne semble pas suffire pour bien rendre compte du langage enfantin. Holly souhaite ensuite s’intéresser de plus près aux types de mots dans la liste, aux limites des indicateurs quantitatifs à l’œuvre, et surtout à la pertinence de coupler les approches quantitatives et qualitatives.

  1. 9% des mères indiquent que l’enfant disait tout ou une partie des mots dans une autre langue que le français (les données sont pondérées). []
  2. Berthomier Nathalie, Octobre Sylvie, « Primo-socialisation au langage : le rôle des interactions langagières avec les parents durant les 365 premiers jours de l’enfant d’après l’enquête Elfe », Culture études, 2018/2 (n° 2), p. 1-20, https://www.cairn.info/revue-culture-etudes-2018-2-page-1.htm []
  3. Grobon S, Panico L, Solaz A. Inégalités socioéconomiques dans le développement langagier et moteur des enfants à 2 ans, Bull Epidémiol Hebd. 2019;(1):2-9 ; Hart B, Risley TR. Meaningful differences in the everyday experience of young American children. Baltimore (United States): Brookes Publishing Co; 1995. 256 p. ; Lareau, A., Unequal Childhood. Class, Race and Family Life, Berkeley, University of California Press, 2003. []
  4. Le Variance Inflation Factor (VIF) est une mesure de la colinéarité des variables qui peut être utilisée dans ce genre de cas. Après détermination d’un seuil de colinéarité acceptable, elle indique s’il est possible de faire une régression. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search